Mutation du travail·Psychologie·SIC·TIC

Workshop ESCE : « J’aime mon travail, mais… »

L’école de commerce ESCE a organisé le 21 avril le Workshop « J’aime mon travail mais.. ». Au cours de cet événement, chercheurs et chefs d’entreprise ont mutualisé leurs analyses et expériences pour esquisser les traits de l’homme au travail de demain. La Fondation ITG Travailler Autrement, partenaire du Workshop, a publié un résumé des différentes tables rondes.

En tant que Chercheure pour Missioneo Group, je suis intervenue sur le thème du consultant autonome face au numérique. Voici quelques lignes :

Les écrans numériques, polymorphes et interconnectés, essaiment abondamment dans le quotidien des travailleurs depuis plus d’une quinzaine d’années, le nomadisme technique ayant accéléré le phénomène depuis le début des années 2000. L’intégration de ces dispositifs (appelés Technologies de l’Information et de la Communication –TIC) reconfigure la sphère professionnelle de manière hybride : ainsi, le travail est-il pensé et réalisé différemment depuis l’avènement de l’économie digitale. Les TIC deviennent un « lieu où le travail s’éprouve » : leur usage médiatise le rapport à l’activité, à l’entreprise, au collectif, ou encore au groupe de référence (ethos). Cette mutation technologique, associée aux aléas du marché du travail et aux évolutions socio-économiques et politiques en France, contribue à la prolifération de nouvelles formes d’emploi. Dans ce contexte où les trajectoires deviennent plus fragiles, l’individu contemporain semble incité à développer des arts de faire là où le marché du travail semble carencé en termes d’offres d’emploi pérennes (CDI). Cela se traduit par une augmentation de nouvelles formes de travail qui ont la particularité de converger davantage vers le modèle du travailleur indépendant, autonome et libre de ses choix de contractualisation : freelancing, portage salarial, auto-entrepeneur… Le phénomène de digitalisation du monde du travail participe de cette tendance à l’entreprise de soi, offrant la possibilité d’accès, en temps réel, à un volume d’informations exponentiel et à un réseau professionnel interconnecté. Cependant, les usages des TIC s’accompagnent souvent de problématiques communicationnelles (délitement du lien social, agressivité, mésusages) : la figure du cadre hyperconnecté (et, par là même, celle du consultant autonome) semble la plus exposée à ces risques. Issues d’une recherche qualitative et longitudinale (Felio, 2013), les analyses présentées rendent compte non seulement des enjeux de l’usage professionnel des TIC (reconfiguration de l’activité managériale, mutation du rapport au temps…), mais aussi des stratégies développées par les cadres autonomes pour limiter les effets délétères des pratiques numériques (filtrage, préservation…).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s